Historique, origine et inspirations

Le projet a été initié par Romuald Ramon et Abdel-Hakim Mezine aux alentours de 2012-2013 avec l’aide précieuse de Sandrine Martins et de Samuel Volk.

L'idée de départ était de mettre en place une plateforme afin de partager des activités et projets professionnels mais également de loisirs, permettre le partage de connaissances et de ressources sans se limiter en terme de domaines. Le projet a évolué depuis vers l'idée d'un réseau pluridisciplinaires organisé autour de communautés qui serviraient à favoriser le réseautage. Notre démarche a évolué, s'est enrichie et étoffée grâce aux apports des différentes personnes rencontrées.

Origine du nom

Le choix du nom vient des élucubrations de Romuald autour de la thématique du réseautage et de recherches étymologiques autour de mots-clefs comme «sillons», «chemins», «porter», «arpenter», «tracer», «irriguer», «savoir», «ensemble», «en commun», «partage»…

Le sens que l'on a donné à ces termes dans le cadre de notre projet :

  • Cheminer ensemble pour se faciliter la vie, proposer des parcours par retours d'expériences, partager et s'entraider, réseauter pour s'enrichir des rencontres, développer des activités et des projets.
  • Se demander comment peut-on avancer ensemble, tracer des routes, aider et guider les autres chacun-e avec ses moyens et développer de l’intelligence collective. 😀
  • Réseauter et rencontrer des gens pour partager son savoir et questionnements autour de thématiques liées à vos activités et/ou centres d’intérêts, résoudre des problématiques, trouver des solutions. s'enrichir des rencontres et au contact des autres. 🙂
  • Tisser des liens et nouer des relations à long terme entre des personnes à travers des rencontres, des activités et des projets "Commons".
  • Fonder des "Commons" des biens communs, des objets hétéroclites et multiformes, des agrégats faits d'apports divers et pluridisciplinaires à faire vivre et partager.

Inspiration et références

Les inspirations qui ont amené à la création de Rigolatis Commons sont divers et pas toujours conscientes mais il y a à la base les différentes expériences communautaires et collaboratives que Romuald et Abdel ont connues au fil des années, les fansubs, les mouvements liés au scoutisme, les guildes de jeux vidéo, les forums de discussion, les associations de loisirs, syndicales ou politiques, les réseaux professionnels, les coworkings, tiers-lieux, les collectifs divers, les clubs sportifs etc.

Une partie de la réflexion sur la conduite de projet, la gouvernance et l'organisation de la communauté pour le long terme s’est faite autour de l’étude et l’analyse des concepts suivants : les collectifs humains, les cités-États, le réseautage interpersonnel, les relations internationales et les ambassades, les programmes d’échanges culturels, la commune en tant qu'institution et bien public, les biens communs, le service public, la mutualisation, la sécurité sociale, les sociétés de gestions de patrimoines publics, les associations et collectivités territoriales, les guildes, clubs et syndicats, les guildes de jeux vidéo, la famille en tant qu'institution, l’école en tant que lieu de sociabilisation.

Les lectures, les actions, les porjets et les pensées de personnes divers comme : David Bollier, Anita SarkeesianSara HorowitzPierre BourdieuCynthia FleuryAbdel Raouf Dafri, Fred Vargas, Lindsay Ellis, Bernard StieglerVéronique Decker, Franck LepageLaurence De CockMathilde LarrèreFrançois BonFrédéric LordonDavid KoubbiHenri MalerBernard FriotJacques BouveresseValentine ZuberPierre TevanianMonique Pinçon-CharlotChantal JaquetKristin RossElsa DorlinMariame Tighanimine

Et également des fonctionnements des structures et communautés comme DeviantArt, Patreon, JeuxOnLine, Steam, Channel Awesome, The Young Turks, ExtraCredits, La Sauvegarde du Nord, Amnesty International, La Fédération Française de Football Amateur, La Fédération Française d'Équitation, les médiathèques et bibliothèques régionales d'Île-de-France, La Communauté Urbaine de Grenoble, la FEF, les conseils étudiants Français, Belge et Canadien, Les fraternités et sororités aux USA et en Australie, ainsi que les organisations / coopératives Turques, Tunisiennes et Japonaises... 

Bref, beaucoup de sources divers qui ont nourri nos réflexions avec comme liant un  questionnement sur le «comment crée-t-on des liens, du commun ? Comment favorise-t-on l’émergence de communautés, la mise en partage de ressources, la création de biens partagés et/ou publics ? Comment sociabilise-t-on [...] ?»

Pourquoi Rigolatis Commons ?

  • Pour rencontrer des gens !
  • Pour que des gens que l’on connaît se rencontrent dans un esprit d’ouverture et de partage sans protocole trop lourd.
  • Pour découvrir de nouveaux projets, lieux, activités à travers le réseautage.
  • Pour permettre et inciter certain-e-s à sortir de l’isolement, créer des projets en commun, en réseau à l’initiative de une, deux ou plusieurs personnes.
  • Pour soutenir collectivement des initiatives et partager des méthodes et savoir-faire.
  • Pour créer une communauté sur le long terme avec laquelle agir et réfléchir.
  • Pour remettre l’humain et le relationnel au centre des préoccupations.
  • Pour démontrer que l'individualisme forcené n’est pas forcément le seul horizon possible et que l’on peut faire beaucoup de choses intéressantes à plusieurs.
  • Pour créer des passerelles et des liens entres des gens et des communautés diverses.
  • Pourquoi pas ?